Un art mis aux voix

Une soirée avec les meilleurs interprètes
du « chant à guitare »
de Sardaigne.

Les fêtes patronales des villages sardes culminent, surtout l’été, lorsque la nuit est accueillante, dans des joutes musicales où se mesurent des maîtres de ce qu’on appelle là-bas simplement le cantu a chiterra , le chant à guitare. Derrière la banalité de cette appellation se cache un art, sans doute ancien, qui consiste à interpréter des textes poétiques ayant souvent plus d’un siècle et transmis oralement en improvisant des « voix », des lignes mélodiques enluminées par certaines caractéristiques…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents