Une furieuse envie de nucléaire

Après la crise gazière russe, plusieurs pays de l’Est de l’Europe envisagent de remettre en marche des centrales hors d’âge, potentiellement dangereuses.

Conséquence des récentes vagues de froid, des ratés de la distribution du gaz russe et surtout des efforts des groupes de pression, la tentation monte, dans l’est de l’Europe, de remettre en route de vieilles centrales nucléaires cacochymes. Sans oublier l’envie industrielle d’en construire de nouvelles. Au point que, le 18 janvier, des milliers de manifestants ont défilé à Sofia, capitale de la Bulgarie, pour réclamer la réouverture des deux réacteurs de Kozlodouï, dont la fermeture avait été obtenue par…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.