Besancenot, plus gauchiste que trotskiste

La figure de proue du NPA préfère les « héros du quotidien »
au « trotskisme un peu ringard ». Et revendique une ligne « clairement indépendante ».

Olivier Besancenot sait tirer les leçons de l’histoire. « Aujourd’hui, certains débats appartiennent au passé. Le stalinisme s’est effondré et c’est tant mieux. Comme aime à le répéter Alain Krivine : “Je me sens juif face à un antisémite et trotskiste face à un stalinien” », écrivait le plus célèbre facteur de France en 2002. Sa première candidature à l’élection présidentielle, la même année, marque une rupture. D’abord parce que la LCR, un des trois partis trotskistes français, n’avait pas présenté de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents