Imposer des limites au marché

La crise financière a été pour beaucoup l’occasion de prendre conscience que le capitalisme ne s’autorégule pas. Cette crise rend manifeste que l’hégémonie du marché n’est pas autorégulatrice mais autodestructrice. Cela veut dire que le marché autorégulé ne fonctionne pas dans l’intérêt même du capitalisme, comme l’a dit Karl Polanyi. Lorsque la loi du profit et la concurrence exacerbée sont laissées à elles-mêmes, elles créent non seulement des injustices et des inégalités, mais aussi des catastrophes. Ce…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.