La vie en l’air

Denis Lachaud brode
une rencontre amoureuse sur le motif du crash aérien en combinant les modes d’expression.

Survivre à une catastrophe aérienne immunise-t-il contre la peur de l’avion ? Ou, comme l’explique ce mathématicien aux deux personnages du dernier roman de Denis Lachaud, la probabilité d’être victime une première fois d’un crash, même si elle est infime, n’annule pas la possibilité d’en être victime une deuxième. Ou une troisième. Prenez l’avion n’est pas une démonstration sur les lois de la probabilité ou une application thérapeutique sur les crashs. Mais plutôt une construction, comme seule la fiction…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents