Petits battants

Dans « Puisque nous sommes nés »,
Jean-Pierre Duret et Andrea Santana explorent les rêves et les cauchemars de deux adolescents dans le Nordeste brésilien.

Quelle est la part de documentaire, quelle est la part de fiction ? Difficile de trancher. Les réalisateurs Jean-Pierre Duret et Andrea Santana ont passé six mois dans une station service d’une partie semi-aride et pauvrissime du Nordeste brésilien. Six mois à suivre les gamins qui zonent là-bas entre les camions, les pompes à essence et le semblant de campagne poussiéreuse aux animaux faméliques qui s’annonce de l’autre côté des barrières autoroutières. Entre les petits paysans de rien, les voyageurs…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.