Quand l’or est un poison

Alors que l’orpaillage illégal menace la survie des Amérindiens, l’exploitation aurifère met en place des projets industriels encouragés par le gouvernement. De notre envoyé spécial, Patrick Piro.

Patrick Piro  • 5 février 2009 abonné·es

La nuit amazonienne enrobe Twenké. C’est l’heure où de gros crapauds s’invitent à un festin de moustiques autour des rares éclairages. Sous les cases collectives, le foyer rougeoie. Poisson « matin, midi et soir, on adore ça » , s’anime le Grand Man Aimapoti. Il incarne depuis plus de vingt-cinq ans l’autorité coutumière des Wayanas, peuple du Haut-Maroni, l’une des six communautés amérindiennes de Guyane. Twenké, 200 âmes, à deux heures de pirogue à moteur de Maripasoula, réclame en vain une électrification décente : il suffirait de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 5 minutes