Scènes de combat

Les rappeurs ne sont pas les seuls à s’en prendre au pouvoir sarkozyste. Certains théâtres de banlieue frappent à leur tour. Et c’est d’autant plus étonnant qu’il s’agit de grosses structures subventionnées. En ce moment même, au Théâtre2Gennevilliers, on peut voir la pièce de Ronan Chéneau, Nos enfants nous font peur quand on les croise dans la rue , mise en scène par David Bobee, qui s’en prend violemment à la politique dite « d’identité nationale », invective la culture française et « la Marseillaise ».…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents