Un gouvernement de combat

À-t-on voulu, en préservant cette part de mystère, suggérer que l’événement serait considérable ? Sarkozy, nous disait-on, va « parler », mais on ne sait pas quand. Cette soudaine sacralisation de la parole présidentielle n’a-t-elle pas en soi quelque chose d’incongru ? Nicolas Sarkozy, n’est-ce pas ce personnage qui parle tous les jours à la télévision ? Qui chaque soir, à heure fixe, de préfecture en sous-préfecture, promet – quand les manifestants ne couvrent pas sa voix et quand les préfets font leur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents