Un parc national peu protecteur

Le décret donnant naissance au Parc amazonien de Guyane n’est pas à la hauteur pour préserver la diversité biologique de la forêt et protéger les populations de l’orpaillage.

Patrick Piro  • 5 février 2009 abonné·es

Seul pays européen disposant d’un bout de forêt tropicale, la France s’était donné l’ambition d’en administrer les richesses de manière exemplaire quand, en 1992, François Mitterrand avait lancé l’idée du Parc amazonien de Guyane. Le décret de 2007 qui lui donne naissance est bien loin d’être à la hauteur, et sa charte a du mal à voir le jour. Il s’agissait de protéger la diversité biologique de la forêt (qui couvre près de 95 % du département, environ 8 millions d’hectares), l’une des mieux préservées du monde amazonien. Or, le financement de son recensement a été « oublié » (mais pas celui des sites aurifères, près de 45 millions d’euros ­d’investissement). Et les parties centrale et septentrionale de la Guyane, a priori les plus intéressantes, sont hors parc. Celui-ci couvre 3 millions d’hectares aux contours alambiqués et peu cohérents, principalement au sud.
Qu’en est-il de la protection des populations amérindiennes ? Hélas, une bonne partie de leur territoire n’est pas en « zone cœur » du parc, « intouchable », mais en zone « de libre adhésion », laissant le soin aux communes d’y décider certaines activités, comme l’orpaillage « légal ».
La tension est vive sur le territoire de Maripasoula, première commune de France en superficie, tenue par les Noirs marrons impliqués dans l’orpaillage et abritant des Amérindiens qui y sont hostiles (comme les Wayanas). Ces derniers réclament même le maintien du décret de 1970, qui définit une ligne Elahé-Camopi, au sud de laquelle l’accès est restreint, et ne sont évidemment pas satisfaits des trois places (sur 43) qui leur sont réservées au conseil d’administration du parc.
Les orpailleurs légaux s’en sortent bien, même si certains espaces convoités sont en « zone cœur ». Les orpailleurs clandestins, eux, ne se gêneront pas, ils sont déjà à l’œuvre dans certaines aires protégées, comme la réserve des Nouragues.

Écologie
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre
« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »
Entretien 17 juin 2024

« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France revient sur la menace que représente l’extrême droite climatosceptique pour la transition écologique et sociale, et sur le rôle décisif de la société civile auprès du Nouveau Front populaire.  
Par Vanina Delmas
Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route
Analyse 12 juin 2024 abonné·es

Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route

Pour les défenseurs de l’autoroute A69, c’est la survie économique du territoire autour de Castres qui est en jeu. Mais quelles réalités néolibérales cet argument sans cesse brandi cache-t-il ?
Par Vanina Delmas