Déf-Nat

Bernard Langlois  • 19 mars 2009 abonné·es

Domaine réservé

C’est en 1966 que le général de Gaulle était sorti de l’Otan comme un vieillard en sort (oui, bof…), et c’est en sale gamin capricieux que Nicolas Sarkozy y rentre, en 2009. Je veux dire : dans les deux cas, la porte qui claque ou la porte qu’on rouvre, c’est encore et toujours la décision souveraine d’un homme seul, qui n’engage rien de moins (en principe) que la vie ou la mort du peuple souverain (souverain à deux balles, sur le papier jauni des déclarations solennelles et constitutions censées régir la vie nationale de notre République, classez ça, je vous prie, dans le tiroir « Domaine réservé », ou fourrez-le dans votre poche citoyenne avec votre mouchoir par-dessus).

Le premier – fort d’un passé glorieux, d’une légitimité populaire inégalée et d’une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 9 minutes