Des airs d’errance

Kamilya Jubran interprète des poésies arabes sur des musiques contemporaines.

Certaines voix donnent la chair de poule, même lorsqu’on se désole de ne pas comprendre les textes. La voix de Kamilya Jubran est de celles-ci : elle possède l’art de faire ressentir l’émotion par-delà les mots. Le charme qui en émane tient à la part de féminité sombre de son timbre, à une approche musicale dramatique et à la maîtrise d’une large palette de techniques vocales. Pour Makan, seule avec son luth, la chanteuse a sélectionné neuf poèmes d’auteurs marocains, palestiniens, irakiens et sénégalais…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.