Et maintenant ?

On nous pardonnera de faire l’impasse sur la journée du 19 mars. Ou, plus précisément, de nous projeter en avant de ce grand rendez-vous des mécontentements pour tenter d’en deviner les prolongements. Le succès prévisible de ces manifestations nous paraît une telle évidence qu’il est vain de jouer au jeu futile des pronostics. C’est une affaire entendue : il y aura beaucoup de monde, ce jeudi, dans les rues de nos villes. Peut-être plus encore que le 29 janvier. Au soir, nous serons dans la situation…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents