Homme pour homme

Comment un homme peut-il être déshumanisé et interchangeable grâce au processus militaire ? C’est ce que raconte, fort bien, Brecht. Gil Bourasseau a pris la pièce et l’a, sans gêne, resserrée ! Le résultat est souvent fascinant parce que cette compagnie de l’Art mobile travaille à la manière de l’Art brut. Juste une plateforme étroite où tout se bouscule. Des maquillages rudimentaires. Un jeu nerveux (Bourasseau lui-même, Sylvie Gravagna, Christian Jehanin). Une façon convaincante de prendre le jus d’une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.