Justice impossible pour Jacques-Marie Bourget

Blessé à Ramallah par une balle israélienne, un journaliste cherche depuis des années à obtenir réparation : un parcours semé d’embûches.

Le 21 octobre 2000, à Ramallah (Cisjordanie), où il couvre la deuxième Intifada, Jacques-Marie Bourget, alors grand reporter à Paris Match , reçoit dans le poumon une balle de M-16 israélienne. Les médecins palestiniens préconisent son transfert immédiat vers un hôpital de Jérusalem : les autorités israéliennes refusent. Opéré en catastrophe à Ramallah, le miraculé peut ensuite être évacué vers la France. Un avion médicalisé doit le récupérer à l’aéroport Ben-Gourion. Là encore, les Israéliens refusent de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.