Les 32 heures, vite !

En période de chômage de masse, l’accroissement du nombre d’heures supplémentaires est une hérésie. Pierre Larrouturou* explique ici pourquoi.

Le gouvernement veut augmenter le nombre d’heures supplémentaires. Dans une période de destruction de l’emploi, est-ce encore tenable ? Pierre Larrouturou : Le modèle que Nicolas Sarkozy avait en tête quand il est arrivé au pouvoir est celui des États-Unis. Durant sa campagne, il parlait très souvent du plein-emploi américain : un pays qui ne connaissait pas « le carcan » des 35 heures, où la croissance était plus forte… En réalité, avant même qu’éclate la crise des subprimes, les États-Unis étaient très…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.