Dossier : 29 janvier, 19 mars... Et maintenant ?

Une crise au paradis

Les déclarations de chefs d’État se succèdent contre les paradis fiscaux, dans la perspective du sommet du G20, le 2 avril, à Londres. Mais les actes ne suivent pas.

À quelques jours du G20 de Londres, le ton monte contre les paradis fiscaux. Il est désormais bien vu de stigmatiser ces pays offshore dont les principales caractéristiques sont le secret bancaire et la fiscalité quasi-inexistante. Il s’agit de ­mettre en place « un mécanisme de sanction », comme l’ont prôné le 12 mars deux chefs d’État européens, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy. La présidence britannique du G20 a même saisi le Groupe d’action financière (Gafi) et le Forum de stabilité financière (FSF)…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents