Contre-pied

« À l’aventure », de Jean-Claude Brisseau, sort de l’ordinaire, comme ses personnages.

On a beau y voir des séances d’envoûtement, des parties de jouissance sadomasochiste ou des extases mystiques, c’est sur un banc que se déroule l’action principale du nouveau film de Jean-Claude Brisseau, À l’aventure. C’est aussi là que le film commence. Non que Sandrine (Carole Brana) ait décidé de se clochardiser – même si elle rompt avec une existence conventionnelle, déjà toute tracée –, mais parce que c’est là, précisément, qu’elle prend conscience de son ennui, aidée en cela par un prof de maths…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.