Des boycotteurs très présents

Officiellement absent de la conférence de Genève sur les droits de l’homme, Israël
a en réalité exercé sur cette manifestation un contrôle
de tous les instants.

Nous avons décidé à quelques militants associatifs, de l’AIC, l’ATMF, CCIPPP, CMF, FTCR, et l’UJFP 1, de nous rendre à la Conférence de réexamen de Durban à Genève, unis par un sentiment mêlé d’inquiétude et de nécessité. Notre message commun était clair : le refus de l’exception. La Conférence de réexamen de Durban contre le racisme et pour le respect des droits de l’homme dans le monde ne pouvait faire l’impasse sur ces violations du racisme colonial et ces discriminations légales contre les citoyens…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.