Ils voyagent en solitaires

« Nulle part terre promise », d’Emmanuel Finkiel, est un film d’une grande puissance au temps de l’Europe mondialisée.

Christophe Kantcheff  • 2 avril 2009 abonné·es
Ils voyagent en solitaires

Cela tient à quoi, la sensation d’être de plain-pied dans le cinéma ? Prenons, par exemple, le début de Nulle part terre promise, le nouveau film qu’Emmanuel Finkiel vient de réaliser, dix ans après le mémorable Voyages. On y voit une jeune femme, une étudiante, visiter une exposition de films muets ; la même, ensuite, sa main collée sur la fe­nêtre d’un train tandis que le paysage défile à l’arrière-plan ; puis une petite ouverture

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 4 minutes