Ils voyagent en solitaires

« Nulle part terre promise », d’Emmanuel Finkiel, est un film d’une grande puissance au temps de l’Europe mondialisée.

Cela tient à quoi, la sensation d’être de plain-pied dans le cinéma ? Prenons, par exemple, le début de Nulle part terre promise, le nouveau film qu’Emmanuel Finkiel vient de réaliser, dix ans après le mémorable Voyages. On y voit une jeune femme, une étudiante, visiter une exposition de films muets ; la même, ensuite, sa main collée sur la fe­nêtre d’un train tandis que le paysage défile à l’arrière-plan ; puis une petite ouverture grillagée et des hommes, des Kurdes avec enfants, reclus dans un camion,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.