Ioulia Timochenko vise la présidence

Égérie de la révolution de 2004, la jeune et séduisante Première ministre compte bien miser sur son succès auprès de la partie la plus populaire de l’électorat pour renverser son rival, Viktor Iouchtchenko.

Le personnage central de la comédie politique qui se déroule entre les partis, le Président et sa Première ministre est sans nul doute cette dernière : la blonde Ioulia Timochenko, dont la presse populaire se demande si les magnifiques tresses qui en font une véritable « icône » ukrainienne depuis qu’elle n’est plus brune sont fausses ou vraies, autrement dit, s’il ne s’agit pas d’une superbe idée de communication pour améliorer sa popularité. Tout comme les journaux se demandent encore si elle joue pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.