Printemps social

Ainsi donc, le 1er mai sera « unitaire ». Ce sera bel et bien la première fois depuis le grand schisme syndical de 1947 que les dirigeants de la CGT, de FO et de la CFDT, héritière défroquée de la CFTC, battront le pavé en cadence. Les petits derniers de Solidaires, les enseignants de la FSU et les fonctionnaires de l’Unsa seront à leurs côtés. Fallait-il que la pression de la « base » soit forte pour produire un tel effet ? Que nous soyons arrivés à ce point extrême où les directions syndicales ne peuvent…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents