Amour intact

Dans « Étreintes brisées », Almodovar fait vibrer des thèmes classiques du cinéma, ravivant ainsi
sa passion pour le septième art.

Christophe Kantcheff  • 21 mai 2009 abonné·es

Divisons les spectateurs de Pedro Almodovar en deux catégories. Il y a les enthousiastes de la dernière période, celle des dix dernières années, où le cinéaste avait perdu son mauvais goût inventif, pour devenir fédérateur, ou

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes