Amour intact

Dans « Étreintes brisées », Almodovar fait vibrer des thèmes classiques du cinéma, ravivant ainsi
sa passion pour le septième art.

Divisons les spectateurs de Pedro Almodovar en deux catégories. Il y a les enthousiastes de la dernière période, celle des dix dernières années, où le cinéaste avait perdu son mauvais goût inventif, pour devenir fédérateur, ou pire, consensuel. Ces spectateurs aiment retrouver des valeurs sûres : un rythme plaisant de comédie, des couleurs vives, des femmes actives, une virtuosité dans la narration et la mise en scène. Ceux-là risquent d’être un peu déçus par Étreintes brisées. Et puis il y a les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.