L’éternel fugueur

Retour à Bernard-Marie Koltès, mort il y a vingt ans, avec une nouvelle mise en scène
de « Roberto Zucco »
et la publication
de ses « Lettres ».

Bernard-Marie Koltès est mort il y a vingt ans. Il n’avait pas 40 ans. Fauché par le sida alors qu’il voulait revenir au roman en délaissant le théâtre, qui l’avait rendu célèbre dans l’Europe entière. Ses grandes pièces avaient toutes été jouées et publiées. Mais un certain nombre d’inédits sont parus depuis : des pièces de jeunesse, des récits. Surtout, les metteurs en scène ne cessent de soumettre ses œuvres à un autre regard. Nous sommes, face à lui, dans l’après-Chéreau. Ainsi, à la Comédie de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.