Maison en ruine

Dans « Rose Fountain Motel », Jabbour Douaihy raconte la chute d’une famille de la bourgeoisie chrétienne au Liban, avec humour et gravité.

Seules les familles déchues sont intéressantes. Les Baz, famille de la bourgeoisie chrétienne installée dans le bourg d’Ayn Wardeh, sur les hauteurs de Beyrouth, ont eu leur heure d’opulence, du temps de feu le patriarche Francis, qui a failli être élu député. Mais, à l’image d’un pays détruit par la guerre civile, en ce début des années 1990, la vieille Nohad n’a plus qu’une demi-heure de lucidité par jour. Elle a été placée en maison de retraite par les autres membres de la famille, qui ne forment plus…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.