Brèves de comptoir

Denis Sieffert  • 25 juin 2009 abonné·es

Certes, Nicolas Sarkozy n’est pas le premier locataire de l’Élysée à vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes. En 1995, son prédécesseur, en quête d’un premier mandat, nous avait fait le coup fameux de la « fracture sociale », qu’il allait en toute hâte résorber. Quant au précédent, il avait élevé l’ambiguïté au rang d’un art. Il y avait chez Chirac comme l’apparence de sincérités successives. Et chez Mitterrand, une fascinante esthétique du mensonge. Avec

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes