Flâner au bal

Dans « Ce cher mois d’août », Miguel Gomes montre la vie de villages portugais en été, traversés par des orchestres amateurs.

Premières images : un renard va et vient devant un poulailler. Quand il approche, les poules reculent, mais il repart. Et puis soudain, à la surprise des poules… et des spectateurs, qui n’ont pas perçu qu’aucune grille ne lui en bloquait l’accès, le renard se lance dans le poulailler. Fin de la séquence. Sans y voir une métaphore de Ce cher mois d’août , il est incontestable que le cinéaste, Miguel Gomes (qui n’est pas pour autant un prédateur), a instauré un mode de récit qui prend son temps avant…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.