Le RSA, un pas de plus vers la précarité

Le Revenu de solidarité active est entré en vigueur sur tout le territoire le 1er juin. Mais, loin de réduire la pauvreté, le dispositif risque au contraire de contribuer à une fragilisation de la société tout entière.

C’est avec tambours et trompettes que le Revenu de solidarité active (RSA) est entré en vigueur ce 1er juin. En ces temps de crise, la mise en œuvre de l’unique mesure « sociale » du quinquennat ne devait surtout pas passer inaperçue. Martin Hirsch, désigné par Nicolas Sarkozy comme le « gardien » de sa promesse de réduire d’un tiers le taux de pauvreté en France, avait pourtant prévenu : « Nous n’avons jamais prétendu que le RSA était [la] solution miracle […] contre la pauvreté. » Il ne croyait pas si…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.