L’Europe du désintérêt populaire

Dans un scrutin marqué par une abstention record, la droite fait plus que maintenir ses positions en Europe. La social-démocratie ne profite pas de la crise et recule.

Lire aussi Des rapports de force chamboulés La construction européenne ne fait pas rêver. Parmi les 388 millions d’électeurs appelés aux urnes, ils ont été encore moins nombreux, cette année, à se déplacer pour élire leurs représentants au Parlement européen. Ce scrutin, marqué par une désaffection civique croissante qu’aucune élection n’a jamais démentie, enregistre donc un nouveau record d’abstention avec un peu plus de 57 %. Encore ne s’agit-il que d’une moyenne… Car le désintérêt des citoyens culmine à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents