L’Europe du désintérêt populaire

Dans un scrutin marqué par une abstention record, la droite fait plus que maintenir ses positions en Europe. La social-démocratie ne profite pas de la crise et recule.

Michel Soudais  • 11 juin 2009 abonné·es
L’Europe du désintérêt populaire

Lire aussi Des rapports de force chamboulés

La construction européenne ne fait pas rêver. Parmi les 388 millions d’électeurs appelés aux urnes, ils ont été encore moins nombreux, cette année, à se déplacer pour élire leurs représentants au Parlement européen. Ce scrutin, marqué par une désaffection civique croissante qu’aucune élection n’a jamais démentie, enregistre donc un nouveau record d’abstention avec un peu plus de 57 %. Encore ne s’agit-il que d’une moyenne… Car le désintérêt des citoyens culmine à plus de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 5 minutes