Petite mère d’un peuple

Nirmala Rajasingham a longtemps milité pour les Tigres tamouls, avant qu’ils ne basculent dans la radicalité. Depuis son exil et l’assassinat de sa sœur, elle ne cesse de se battre pour la paix au Sri Lanka.

Erwan Manac'h  • 18 juin 2009 abonné·es
Petite mère d’un peuple

Le regard doux, le sourire grave, Nirmala Rajasingham est une militante discrète mais obstinée. Elle a voué sa vie entière au combat pour la paix et la démocratie au Sri Lanka. Cinquante-six années de déchirures, de nationalisme, de répression. Cinquante-six années d’espoir et vingt-deux ans d’exil. Elle sème aujourd’hui un message modéré avec une énergie intarissable. Début juin, la dame tamoule était de passage à Paris à l’invitation de [Radio libertaire](http ://chroniques-rebelles.info) pour parler des six mois de violence que vient de vivre

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes