Croisons le fer !

Bernard Langlois  • 17 juillet 2009 abonné·es

Courrier

D’un lecteur, ce petit mot qu’on me fait suivre : « Bernard, il te faut retrouver bon sens et sens des réalités sans tarder. D’avance merci. » Rien de plus. Que répondre, sinon par l’apostrophe de Cyrano : « Ah non ! C’est un peu court jeune homme ! » Jeune, je ne pense pas que l’épithète convienne. Mon correspondant serait plutôt du genre vieux militant socialiste et/ou syndicaliste blanchi sous le harnais. Du reste, il ne tient qu’à moi d’en savoir plus, le mot n’est pas anonyme : je dispose d’un nom, d’une adresse et même d’un numéro de téléphone. Un nom qui ne m’évoque rien, mais je n’ai guère de mémoire, peut-être s’est-on croisé dans une vie antérieure. Jean (c’est son prénom), je t’invite à m’écrire plus longuement pour développer un peu ce qui me vaut cette (amicale) interpellation : nous en ferons profiter les autres lecteurs, ça nourrira le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 9 minutes