K.-O. technique

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Sept victimes. C’est le sinistre score atteint par le Flash-Ball, arme policière qui a fait perdre un œil à Joachim Gatti, réalisateur de 34 ans et petit-fils du metteur en scène Armand Gatti, le 8 juillet, alors qu’il participait à un rassemblement de soutien à des expulsés d’un squat à Montreuil. Comme quoi, l’engin peut faire plus mal qu’affiché, même si la notice rédigée par son fabricant et unique distributeur en France, l’armurier Verney-Carron, reste prudente sur sa nocivité et évoque « une létalité atténuée » . Utilisé depuis le début des années 1990 par la police, le Flash-Ball a d’abord été réservé aux unités spéciales avant d’être mis à disposition de toutes les polices par un ministre de l’Intérieur qui n’était autre que Nicolas Sarkozy. Son utilisation est normalement restreinte, mais les incidents se multiplient, et les officiers se plaignent d’un vrai manque de formation. Une nouvelle génération de Flash-Ball, le LBD 40, plus précis, plus puissant, devrait bientôt rejoindre l’arsenal des forces de l’ordre.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.