Le fantasme du sauvage

Des rapaces accusés de dévorer des vaches vivantes, des castors soupçonnés d’engloutir le poisson… Certaines espèces sont menacées par les hommes en raison des légendes qu’elles suscitent.

Quand les vautours fauves pyrénéens sont accusés d’attaquer puis de dévorer des vaches et des chevaux vivants, les protecteurs de la nature sentent poindre la hantise du « sauvage » qui gagne peu à peu une partie de la France, alors que la biodiversité a tendance à se réduire. Deux mondes aux contours mal définis s’opposent : celui qui ressent le « sauvage » comme une gêne, un désordre insupportable, et celui pour lequel les espèces sauvages suscitent une curiosité et une demande grandissantes, un attrait…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.