Dossier : Rwanda, Védrine s'explique

« On n’a pas le temps de faire de la réinsertion »

Les surveillants de prison ont fait grève pour dénoncer le manque d’effectifs et leurs difficiles conditions de travail, dues en grande partie à la surpopulation carcérale.

Les surveillants de prison n’ont pas le droit de grève ni celui de manifester. Début mai, ils ont pourtant bloqué plusieurs établissements pénitenciers pour obtenir de meilleures conditions de travail. Le ministère de la Justice a promis alors un renforcement des effectifs et la création d’un bureau d’action sociale. « Ces engagements sont insuffisants. Ils n’auront aucun effet : 174 agents supplémentaires, ça ne fait même pas un gardien de plus par établissement » , commente Céline Verzeletti,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Éloge de l’intersectionnalité

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.