Une journée ordinaire aux urgences

La loi « Hôpital, patients, santé, territoires » de Roselyne Bachelot vient d’être adoptée, confrontant toujours plus le personnel hospitalier aux exigences de rentabilité. Reportage à l’hôpital Saint-Louis, à Paris.

Mathilde Azerot  • 2 juillet 2009 abonné·es
Une journée ordinaire aux urgences

Au cœur de la matinée, l’activité est déjà intense à l’hôpital Saint-Louis, dans le Xe arrondissement de Paris. À 10 h, Nsuni Met, infirmière d’accueil au service des urgences, entame sa quatrième heure de travail.

10 h 15. Dans une pièce défraîchie, Nsuni reçoit un couple d’origine asiatique. L’homme parle pour la femme, car elle ne connaît pas le français. Elle a mal au ventre. Nsuni l’interroge sur ses antécédents médicaux, l’intensité de la douleur, prend sa tension, l’affecte en médecine puis invite le couple à regagner la salle d’attente. « L’infirmière d’accueil voit tous les patients. Je dois évaluer la gravité du cas puis les diriger en médecine ou en chirurgie. L’important est de voir rapidement parce qu’on ne sait jamais ce qui peut se passer après. »

10 h 34. Essoufflée, visiblement affaiblie, une femme d’une cinquantaine d’années entre à son tour. Elle porte une perruque. Elle dit avoir subi une ablation du sein droit dix jours auparavant et ressentir une fatigue immense. « C’est peut-être le contre-coup de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 6 minutes

Pour aller plus loin…

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc