Et, au septième jour, l’homme remit ça…

Depuis le 16 août, le travail dominical est étendu à davantage de communes et de zones commerçantes. Contrairement à ce qu’affirme le gouvernement, cette loi n’aura guère d’effet sur la consommation. Les avantages financiers pour les salariés seront très relatifs, tandis que leurs droits sont menacés.

Thierry Brun  • 27 août 2009 abonné·es
Et, au septième jour, l’homme remit ça…

Le dimanche 16 août, la France est donc entrée dans le moule européen, prétexte utilisé par le sénateur UMP Richard Mallié – initiateur de la loi sur le travail dominical tant réclamée par le Medef – pour s’aligner sur les États les plus libéraux en la matière. Défendue bec et ongles par Nicolas Sarkozy et les idéologues libéraux de l’UMP, cette nouvelle loi, validée pour l’essentiel par le Conseil constitutionnel et adoptée de justesse par le Parlement fin juillet, entérine une généralisation du travail du dimanche. Et les premiers décrets étendant ses effets

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Les profs prêts à désobéir
Temps de lecture : 6 minutes