Le dynamisme du Bénin

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le petit Bénin est musicalement un des pays les plus riches d’Afrique. Derrière la figure de proue que constitue Angélique Kidjo, d’innombrables chanteurs et orchestres produisent des musiques qui commencent seulement d’être internationalement reconnues. L’un des groupes phares de la musique moderne béninoise est le Tout Puissant Poly-Rythmo, créé en 1966 et relancé récemment après quelques difficultés. Comme la plupart des ensembles béninois, sa musique est basée sur un entrelacs de figures rythmiques extrêmement complexes, auquel contribuent non seulement les percussions mais aussi les guitares et les vents. Ceux-ci, tranchants ou moelleux selon les cas, donnent au son orchestral une opulence que l’on rencontre rarement ailleurs. Puisant au fonds des musiques religieuses, recyclant des sons venus de Cuba, du Brésil ou de Jamaïque, adaptant les innovations nigérianes, le Poly-Rythmo demeure un des orchestres les plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest. Il constituera le clou de l’ouverture du festival Jazz à La Villette.


Poly-Rythmo, 1er septembre, 21 h, Grande Halle,
La Villette, 01 44 84 44 84, .

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.