Dossier : Le parti communiste à la croisée des chemins

La politique de la terre brûlée

Le gouvernement promet des « états généraux de l’industrie » et s’agite autour
de l’affaire Molex, mais se montre impuissant face aux méthodes du groupe américain.

Le cas des Molex de Villemur-sur-Tarn est emblématique des restructurations répondant à des logiques financières, comme chez Caterpillar, SBFM et tant d’autres. Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il réunirait « avant la fin de l’année » des « états généraux de l’industrie » , les décisions prises aux États-Unis par l’équipementier automobile Molex font fi des conséquences industrielles et sociales de la fermeture d’une usine en Haute-Garonne. Et rien n’empêche ce groupe de piétiner le droit du travail.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.