Les tueurs d’abeilles sont démasqués

Alors que les ruchers dépérissent partout dans le monde, les chercheurs incriminent désormais un ensemble de facteurs. Parmi eux, la responsabilité des pesticides paraît déterminante.

Patrick Piro  • 24 septembre 2009 abonné·es
Les tueurs d’abeilles sont démasqués

«C’est un moment historique ! Pour la première fois, il y a fusion entre les travaux des chercheurs et nos observations ! » Franck Aletru, grande gueule de l’apiculture vendéenne, a des raisons de triompher lors d’une session du congrès Apimondia [^2] dédiée aux pesticides agricoles : à la tribune, les travaux des chercheurs démontrent qu’ils sont toxiques pour les abeilles, même à très faible dose. Ce qui va dans le sens du combat emblématique de l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf), organisatrice de la rencontre, qui fait des pesticides les principaux responsables de la forte mortalité qui frappe les ruchers français depuis plus d’une décennie : environ 30 % par an en moyenne pour 2007 et 2008, contre 10 à 15 % au sortir

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 7 minutes