Nez bouché

Bernard Langlois  • 24 septembre 2009 abonné·es

Putride

C’est Michel Rocard qui, dans un moment de déprime (ou si c’est de lucidité ?), avait déclaré publiquement qu’il n’aurait jamais incité ses enfants à se lancer en politique tant il la trouvait « putride » . Je précise « publiquement » , parce que ce genre de propos est d’ordinaire plutôt réservé à la sphère privée, et il faut toute l’honnêteté intellectuelle qu’on reconnaît généralement à l’ancien Premier ministre pour qu’il en sorte. Une double actualité vient donner corps (mais en était-il encore besoin ?) à ce jugement sévère d’un homme qui a consacré toute sa vie à l’action publique et sait de quoi il parle : le procès des faux listings de Clearstream, qui s’est ouvert ce lundi ; et l’affaire des fraudes au PS, relancée par une enquête journalistique. À première vue, rien ne rapproche ces deux affaires, dont la première seulement donne lieu à des suites judiciaires, la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 10 minutes