La rébellion permanente

Christophe Alévêque présente son dernier spectacle au théâtre du Rond-Point, à Paris. Libertaire, âprement drôle et décapant. Indispensable par les temps qui courent.

Jean-Claude Renard  • 22 octobre 2009 abonné·es
La rébellion permanente
© Christophe Alévêque est Super Rebelle !… Enfin, ce qu’il en reste, théâtre du Rond-Point, 2 bis, av. Franklin-D.-Roosevelt, Paris VIIIe, jusqu’au 14 novembre, tlj sf lundi, 18 h 30. À lire : le Petit Alévêque illustré, recueil de notes, de définitions et d’aphorismes, entrelardés de 150 dessins, la plupart signés par l’équipe de Siné Hebdo (éd. Chiflet et Cie).

Avec Debout ! (point d’exclamation compris), en 2006, au Casino de Paris, Christophe Alévêque ouvrait son spectacle sur « ce qui ne va pas » dans le bas monde. Qui tient à pas grand-chose. À un moustique seulement tenace dans une foutue campagne, « qui ne sert pas plus qu’un ministre de l’Environnement, qui dérange, te pompe, file le palu aux pauvres, pourrit la vie des riches au bar de leur piscine, dans un monde ultralibéral

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 4 minutes