Une main de flic dans un gant de velours

La ville de Liège, en Belgique, a mis en place depuis quelques années une police de proximité. Si l’initiative ne règle pas tous les problèmes, elle apaise les tensions. Reportage.

«Organiser des matchs de foot avec les jeunes, c’était bien, mais insuffisant. » Au sein de la cellule multiculturelle de la police de Liège, Jean-Pol Bonjean est un « reficeleur » de liens. Depuis huit ans, il est missionné pour tenter de préserver, dans les quartiers populaires, les bonnes relations que les habitants entretiennent avec leur police. Au début, il organisait des tournois de foot et des projets de prévention avec les associations communautaires fourmillant dans les quartiers de la ville.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents