La justice souffre d’une « perte d’humanité »

Lors de son université d’automne, la Ligue des droits de l’homme a questionné le fonctionnement de la justice pénale au regard de la situation sociale et du climat politique.

L’université d’automne de la Ligue des droits de l’homme, qui s’est tenue les 28 et 29 novembre, avait pour titre une question dont la réponse ne faisait guère de doute : « Justice pénale : une crise parmi les autres ? » Les différents intervenants (juristes, sociologues, expert psychiatre, journaliste…) y ont en effet mis en lumière le fait que l’inquiétante dégradation de la justice pénale, certes due en partie à des causes endogènes, n’était en rien indépendante du contexte général. Plus que de la 24e…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.