Tuvalu refuse l’aumône

La petite nation au milieu du Pacifique est virtuellement condamnée par l’accord laxiste.

Patrick Piro  • 24 décembre 2009 abonné·es

Les yeux rougis de larmes, il ne veut pas retourner tout de suite en salle plénière : ce n’est pas très présentable pour un négociateur. Si Melton Tauetia craque, ce n’est pas tant à cause du marathon des discussions stériles que de rage. Coordinateur national pour le changement climatique du gouvernement de Tuvalu, il ne supporte plus le cynisme de la conférence de Copenhague. « C’est très triste… » Son Premier ministre, Apisai Ielemia, vient de le répéter en conférence de presse : « 1,5 °C d’augmentation

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…