Alain Cangina, maison d’arrêt de Corbas

Politis  • 7 janvier 2010 abonné·es

«Je vous le raconte au fil de la pensée mais, pour commencer, il faut faire la différence entre la maison d’arrêt (pour les prévenus et les peines courtes) et le centre de détention ou la maison centrale (pour les moyennes et longues peines). Ces deux derniers ne sont jamais en surpopulation puisqu’ils ne peuvent pas dépasser leur effectif théorique. En centre de détention ou en centrale, le détenu est seul en cellule, sauf s’il veut un codétenu. Sa porte reste ouverte (et il a sa clé) de 7 heures à 18 h 30. Il peut circuler dans le bâtiment, aller en salle d’activités, recevoir quelqu’un, aller chez un autre. En maison d’arrêt, c’est différent. C’est surpeuplé, et on ne circule pas. Tout est soumis aux appels (infirmerie, avocats, parloirs). Le surveillant ouvre une dizaine de portes. Sonner, attendre, présenter sa

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Libres paroles de détenus
Temps de lecture : 10 minutes