« La Justice n’économise pas, elle rétrécit »

Selon le juge d’instruction Matthieu Bonduelle*, la RGPP
ne se traduit pas par une optimisation des moyens mais
par un saccage des structures.

Ingrid Merckx  • 14 janvier 2010 abonné·es

Politis : Multiplication de visioconférences dans les tribunaux, réforme de la Protection judiciaire de la jeunesse et de la loi pénitentiaire, carte judiciaire… la RGPP a démarré en 2007 au ministère de la Justice sur le mode : « rationaliser » les structures pour « optimiser » les moyens. Qu’est-ce que cela signifie ?

Matthieu Bonduelle : En fait de rationalisation, il s’agit d’une politique de rigueur. Quand

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes