Dossier : Libres paroles de détenus

« Mon Œil » parle enfin !

D’ordinaire, la télévision est le lieu privilégié du prémâché et de l’absence de recul. À l’inverse, Michel Mompontet et son équipe passent l’actualité à la moulinette de la réflexion. L’auteur de « Mon Œil » revient ici sur ses secrets de fabrication.

Politis : Quels sont les avantages ou les contraintes d’un format court tel que celui de « Mon Œil » ? Michel Mompontet : Le rythme et la violence d’un format court sont un avantage. Le rythme narratif ne peut pas être celui d’un journal de 20 heures. Les 7 à 9 minutes de « Mon Œil » offrent une densité des montages, des collusions, des jeux de mots, des symboles, des lectures sous-entendues au deuxième ou au ­troisième degré. C’est fatigant pour le téléspectateur : il est difficile de ­saisir tous les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents