« Il aurait mieux valu cibler »

Patrick Dubreil* dénonce l’absence de concertation qui a dominé durant la campagne de vaccination, et souligne l’influence grandissante des laboratoires.

Ingrid Merckx  • 11 février 2010 abonné·es

POLITIS : Les médecins généralistes ont désormais la possibilité de vacciner contre le virus H1N1. Le vaccin sera même en vente en pharmacie à partir du 15 février. Pourtant, le gouvernement n’a cessé de répéter que la vaccination par la médecine de ville n’était matériellement pas possible, et la première vague épidémique est passée. Y a-t-il une raison médicale à cette évolution ?

Patrick Dubreuil : Depuis que je peux vacciner contre ce

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 4 minutes