« La Pivellina » de Covi et Frimmel

Dans « la Pivellina », une fillette trouve amour et protection auprès de gens du voyage. Un film où l’émotion ne sacrifie rien à la sensiblerie.

Christophe Kantcheff  • 18 février 2010 abonné·es
« La Pivellina » de Covi et Frimmel
© Photo : DR

Dans le no man’s land d’une cité HLM, une femme est à la recherche d’un dénommé Hercule. Elle est suivie de près par la caméra. La cinquantaine, habillée modestement, elle a le cheveu rouge explosif. Hercule n’apparaît toujours pas [^2], mais Patty – c’est le nom de la femme – croise sur son chemin une petite fille esseulée. Du coup, Patty n’appelle plus Hercule, mais attend la mère

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 4 minutes