Quand le passé frappe à la porte

Dans « la Pierre »,
de Marius von Mayenburg, une maison cristallise les chocs historiques de l’Allemagne : la folie hitlérienne et la partition du pays.

Gilles Costaz  • 11 février 2010 abonné·es

Un auteur de la nouvelle génération (il a 38 ans), Marius von Mayenburg, se penche sur le passé de l’Allemagne dans la Pierre, qu’un vieux passionné de la culture germanique et du communisme, Bernard Sobel, a monté au Centre dramatique de Dijon et présente à la Colline.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes